Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 00:45

 

Dans le Parisien 

 

 

Vote surprise : les députés souhaitent interdire parabènes et phtalates

 

Publié le 03.05.2011, 19h18 | Mise à jour : 21h07

Archives. La proposition de loi pour interdire l'utilisation des parabènes, des alkiphénols et des phtalates, notamment suspectés de nuire à la fertilité masculine ou de provoquer des tumeurs du sein, a été adoptée en première lecture à l'Assemblée nationale.

Archives. La proposition de loi pour interdire l'utilisation des parabènes, des alkiphénols et des phtalates, notamment suspectés de nuire à la fertilité masculine ou de provoquer des tumeurs du sein, a été adoptée en première lecture à l'Assemblée nationale. | AFP/Marcel MochetZoom

Les partisans d'une interdiction des parabènes et autres phtalates, des perturbateurs endocriniens utilisés dans les plastiques et les cosmétiques, ont remporté une victoire, symbolique mardi à l'Assemblée. A la surprise générale, les députés ont adopté mardi en première lecture contre l'avis du gouvernement et de l'UMP, une proposition de loi du Nouveau Centre interdisant l'utilisation de ces produits, notamment suspectés de nuire à la fertilité masculine ou de provoquer des tumeurs du sein. 
Le vote (236 voix contre 222) a été accueilli par les applaudissements dans l'hémicycle, venus aussi des rangs occupés par la gauche mais aussi de 19 élus UMP, de (MoDem) ou encore de Nicolas Dupont-Aignan (DLR).  

Les phtalates, qui assouplissent le plastique, sont présentes dans de très nombreux produits : emballages, adhésifs, peinture, vernis à ongles, laque pour les cheveux, parfums... Certains d'entre-eux sont déjà interdits pour les articles pour enfants. A Noël, «Le Parisien» prodiguait des conseils pour éviter les jouets toxiques. Plusieurs études scientifiques ont montré que les phtalates avaient «des effets délétères sur la mise en place du potentiel reproducteur masculin dans l’espèce humaine», selon l'exposé des motifs du texte.

Les parabènes, des conservateurs que l'on trouve surtout dans des produits de beauté (déodorants, crèmes...), sont aussi «suspectés de provoquer chez les femmes des cancers du sein et d’être néfastes à la fertilité masculine». En 2008, la ministre de la Santé, avait proposé d'apposer un logo d'avertissement sur certains cosmétiques pour alerter les femmes enceintes.  Face aux craintes des consommateurs, de nombreuses marques ont déjà conçu des produits qui ne contiennent plus cette substance chimique. 

Du jamais vu depuis avril 2009.
 Depuis 2007, les scrutins publics ont rarement donné lieu à de telles surprises. Ce fut le cas en mai 2008 pour le projet de loi OGM et en avril 2009 sur le texte Hadopi, tous deux -temporairement- rejetés. Pour le gouvernement, le vote de mardi pourrait ne pas prêter à conséquence. Il peut décider de ne pas inscrire le texte à l'ordre du jour du Sénat. «Il doit l'inscrire ! Il ne peut pas ignorer le vote de la représentation nationale», a aussitôt déclaré le patron des députés NC, François Sauvadet, saluant cette «victoire» du Nouveau Centre et le fait que «les sujets de société et de santé publique dépassent les clivages politiques». 

Le ministre de la Santé proposait d'attendre la fin d'expertises
. Lors des débats en séance publique, le 14 avril, le ministre de la Santé, , avait proposé d'attendre le résultat d'expertises en cours avant d'interdire ces substances ainsi que alkylphénols, des perturbateurs endocriniens eux aussi désormais interdit, jugeant «prématurée» la proposition de loi NC. «Les principaux résultats de ces expertises devraient être disponibles entre fin 2011 pour le bisphénol A et fin 2012 pour les autres substances pertubatrices endocriniennes présentes dans les produits grand public», avait-il déclaré.

Le
 Réseau environnement santé s'est réjoui du vote de l'Assemblée. «C'est une excellente décision, qui montre que les députés ont pris conscience de l'importance de ces questions et ont su résister au lobby chimique», a indiqué André Cicolella, chercheur en santé environnementale et membre de ce réseau. «On sait assez de choses pour savoir que ce type de contamination peut avoir des conséquences dramatiques», a-t-il dit. En juin 2010, les sénateurs avaient été à l'origine de la loi interdisant la fabrication et la commercialisation des biberons contenant du bisphénol A, entérinée ensuite par l'Assemblée. Pour lui, les sénateurs «ne devraient logiquement pas se déjuger, et devraient suivre les députés sur cette question». 


LeParisien.fr 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Duterte
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de krachdusperme.over-blog.com
  • Le blog de krachdusperme.over-blog.com
  • : "LE KRACH DU SPERME et autres menaces" un livre écrit par le Dr Pierre Duterte et Gerald Messadié. Ne protégez pas l'environnement, PROTEGEZ VOUS!
  • Contact

Texte Libre

Recherche