Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 16:04

 

http://reseau-environnement-sante.fr/

BISPHÉNOL A : L’EFSA RÉVISE SA DJA MAIS CONTINUE DE NIER 95 % DES DONNÉES SCIENTIFIQUES PUBLIÉES

Le 17 janvier dernier, l’EFSA a publié son avis sur l’évaluation des risques liés au bisphénol A et abaisse la Dose Journalière Admissible (DJA) d’un facteur 10. Pour arriver à cette conclusion, l’EFSA continue de s’appuyer sur les 2 mêmes études que dans son précédent rapport. Ces études datant de 2002 et 2008 ont été faites par la même auteure (Rochelle Tyl) travaillant dans un laboratoire dépendant de l’industrie chimique [1] [1']. Ces études ont fait l’objet de critiques répétées publiées dans la presse scientifique mettant en évidence le caractère frauduleux de leur conception destinée à ne rien pouvoir mettre en évidence [2]. « De telles études violent les principes de base de conception des études » affirment les signataires qui représentent les scientifiques ayant publié sur le bisphénol A. La principale critique est que ces études n’ont testé que des fortes doses. Cette approche ne permet pas de voir les effets survenant à faible dose (une des caractéristiques majeures des perturbateurs endocriniens). De fait, contre toute évidence, l’EFSA continue de nier le caractère de perturbateur endocrinien du BPA.

« 95 % des 900 études publiées sur la toxicité du bisphénol A montrent des résultats positifs. » rappelle André Cicolella, toxicologue et président du Réseau Environnement Santé. « Certes l’EFSA admet l’émergence de nouvelles preuves indiquant des effets du BPA sur la reproduction, le métabolisme, le système immunitaire et des effets neurocomportentaux et cardiovasculaires, mais par quelques tours de passe-passe, ces effets ne sont pas retenus comme pertinents ». Le Réseau Environnement Santé dénonce ici une expertise qui ne tient pas compte de la réalité des données scientifiques. En savoir plus

 
 
   

ASPARTAME ET EFSA : COMBIEN DE TEMPS LA FRAUDE VA-T-ELLE ENCORE DURER?

L’EFSA (agence européenne pour la sécurité de l’alimentation) a rendu fin 2013 son rapport sur la réévaluation de l’aspartame. L’avis de l’EFSA ne répond pas aux critiques graves qui lui ont été faites publiquement par le RES. Le rapport conclut ainsi que « que la dose journalière acceptable (DJA) actuelle de 40 mg/kg de poids corporel/jour constitue une protection adéquate pour la population générale ». Or cette DJA repose sur des rapports issus de l’industrie datant de 1973 et 1974 qui n’ont jamais été publiés dans une revue scientifique, ce qui signifie qu’ils n’ont jamais fait l’objet d’une évaluation indépendante par les pairs, ce qui est pourtant la première étape d’une évaluation des risques.

Le rapport continue d’écarter des études animales publiées dans les meilleures revues de santé environnementale montrant la cancérogénicité sur le rat et la souris (lymphomes et leucémies), alors qu’une étude épidémiologique portant sur 122 000 personnes consommateurs de boissons avec édulcorant a confirmé la survenue de lymphomes et de leucémies. Les études épidémiologiques portant sur la prématurité liée à la consommation de boissons avec édulcorant par la femme enceinte sont également écartées sans raison. D’autres études sont mises de cotés sans que l’EFSA ne justifie leur exclusion.

En conclusion, l’EFSA continue de produire des avis au mépris des règles de base de la déontologie de l’expertise et de couvrir ainsi une fraude manifeste. Elle continue d’écarter les études qui mettent en cause le choix de la DJA de 40 mg/kg/j le plus souvent sans raison. C’est un processus de même type qui est en cours avec le bisphénol A, pour lequel l’EFSA continue d’ignorer 95 % de la littérature scientifique. En savoir plus

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Duterte
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de krachdusperme.over-blog.com
  • Le blog de krachdusperme.over-blog.com
  • : "LE KRACH DU SPERME et autres menaces" un livre écrit par le Dr Pierre Duterte et Gerald Messadié. Ne protégez pas l'environnement, PROTEGEZ VOUS!
  • Contact

Texte Libre

Recherche