Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 08:32

http://www.impact-sante.fr/Medecine/_Medecine__Actualites/L_homme_ne_serait_pas_insensible_aux_effets_du_bisphenol_A/1/18961/1196

 

L’homme ne serait pas insensible aux effets du bisphénol A

28/09/2011 | Assurance maladie, Politique, Santé publique, Profession
L’homme ne serait pas insensible aux effets du bisphénol A

L’Anses vient de rendre un rapport qui confirme les effets du bisphénol A chez l’animal et s’inquiète des effets sur l’homme. Un prochain rapport est attendu début 2012.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) vient de présenter les résultats d'une expertise collective sur le bisphénol A (ou BPA) mené par un groupe d'une vingtaine d'experts présidé par Claude Emond, de l'Université de Montréal.

Ce travail s’appuie sur des rapports d'expertises antérieurs (dont celui de l'Inserm de 2010) et sur une revue de la littérature avec une analyse de 70 études épidémiologiques et expérimentales répertoriées entre janvier 2010 et janvier 2011.

Conclusion : des effets reprotoxiques (maturation ovocytaire) et sur le métabolisme (pathologies cardiovasculaires et diabète) sont suspectés chez l'homme. Chez l'animal les effets reprotoxiques (production spermatique, kystes ovariens), hyperplasiques (sein et endomètre), sur le métabolisme, la neurogénèse ainsi que des effets écotoxicologiques sont avérés.

Ces effets existeraient à de faibles niveaux d’exposition (notablement inférieures aux doses de référence utilisées à des fins réglementaires et pourraient dépendre de phases d'exposition plus sensibles (grossesse, début de l'enfance...).

Des interrogations subsistent pour la transposition à l'homme de certains effets observés chez l'animal et sur l'existence possible d'une relation dose-effet non linéaire avec un impact plus important à très faible niveau d'exposition, notamment pour des périodes d'exposition sensibles.

Toutefois Marc Mortureux, directeur de l’Anes, a souligné « qu'il existait suffisamment d'éléments scientifiques pour identifier d'ores et déjà comme objectif prioritaire la prévention des expositions des populations les plus sensibles que sont les nourrissons, les jeunes enfants, les femmes enceintes et allaitantes. »

L'Anses a également fourni un travail répertoriant les différents usages du bisphénol A. Ce composé chimique se retrouve dans le revêtement intérieur des cannettes, certains articles de vaisselle et de récipients alimentaires (assiettes, tasses, gourdes, bonbonnes, bouteilles, flacons...), ainsi que d'autres nombreux objets du quotidien (pare-chocs de voitures, coffrets de CD et DVD, tickets de caisse...)

Les lunettes et lentilles de contact, ainsi que certains dispositifs médicaux et dentaires (ciments et colles pour prothèses dentaires, oxygénateurs de sang, respirateurs, dialyseurs, incubateurs, appareils respiratoires, instruments à usage unique, éclairages pour chirurgie), en contiennent également.

L'Anses rendra un nouvel avis début 2012, après consultation de ses résultats et réponse des industriels à son appel à contribution. La loi suspendant la commercialisation des biberons contenant du bisphénol A adoptée en juin 2010 est maintenue.

Une loi visant à la suspension de la fabrication, de l’importation, de l’exportation et de la mise sur le marché de tout conditionnement à vocation alimentaire contenant du bisphénol A, proposée par les socialistes Gérard Bapt et Michèle Delaunay, sera discutée en séance publique dans l’hémicycle le 6 octobre prochain.

 

Delphine Barrais avec APM

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Duterte
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de krachdusperme.over-blog.com
  • Le blog de krachdusperme.over-blog.com
  • : "LE KRACH DU SPERME et autres menaces" un livre écrit par le Dr Pierre Duterte et Gerald Messadié. Ne protégez pas l'environnement, PROTEGEZ VOUS!
  • Contact

Texte Libre

Recherche