Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 10:17

 

Dans Impact santé du 6-7-2011

http://www.impact-sante.fr/Medecine/_Medecine__Actualites/Le_poids_de_l_environnement_dans_l_autisme__revu_a_la_hausse/1/18387/1079

Le poids de l’environnement dans l'autisme, revu à la hausse

05/07/2011 | Pédiatrie , Psychiatrie , Médicaments

Le rôle de l'environnement dans la survenue de l'autisme est suggéré dans deux études publiées on line le 4 juillet dans les Archives of General Psychiatry.

Selon la première étude, l'exposition in utero aux antidépresseurs de la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) en début de grossesse augmenterait le risque de troubles du spectre autistique.

Une équipe de l'assureur santé américain Kaiser Permanente a étudié le cas de 298 enfants autistes et de leur mère comparés à 1 507 témoins affiliés au régime d'assurance maladie de Caroline du Nord. Vingt enfants (6,7%) du groupe d'autistes et 50 (3,3%) du groupe témoin avaient été exposés in utero à des antidépresseurs.

Les auteurs ont calculé que l'usage d'antidépresseur dans l'année précédant la naissance doublait le risque de troubles du spectre autistique. L'impact était le plus prononcé lors du premier trimestre de la grossesse, le risque d'autisme étant multiplié par 4. En revanche, le risque n'était pas augmenté si la mère avait été sous ISRS durant sa vie, mais pas durant la grossesse.

« Même si le nombre d'enfants exposés aux ISRS lors de la période prénatale était faible dans la population étudiée, les résultats suggèrent que l'exposition, notamment lors du premier trimestre de grossesse, pourrait augmenter le risque de troubles autistiques », concluent les auteurs. Ils soulignent toutefois que ce risque doit être mis en balance avec le risque pour la mère ou le foetus de ne pas traiter les pathologies mentales.

Le poids de l’environnement serait supérieur à celui de la génétique

La seconde étude, publiée dans la même revue, revoit à la baisse le rôle des facteurs génétiques dans l'apparition de l'autisme, au profit du rôle des facteurs environnementaux.

A partir de données californiennes, une équipe de l'université de Stanford a étudié 192 paires de jumeaux, dans lesquelles au moins un des deux enfants souffrait d'autisme.

Leurs résultats montrent que pour 77% des couples de vrais jumeaux et 50% des couples de vraies jumelles, chacun des enfants du couple souffrait de troubles du spectre autistique. Chez les faux jumeaux, ces taux étaient de 31% chez les garçons et de 36% chez les filles. De plus, 58% des vrais jumeaux et 60% des vraies jumelles souffraient tous les deux d'autisme contre 21% des faux jumeaux et 27% des fausses jumelles.

Selon les auteurs, des facteurs environnementaux communs aux jumeaux expliqueraient 58% des cas de troubles du spectre autistique et les facteurs génétiques environ 38% des cas. L'environnement expliquerait 55% des cas d'autisme et les facteurs génétiques environ 37%.

Les chcrcheurs concluent que le poids des facteurs de prédisposition génétique aux troubles autistiques est modéré, et qu’il a été surestimé jusqu’ici. En revanche, le poids des composantes environnementales communes aux jumeaux serait important, et devrait être pris en compte dans les études ultérieures.

 

Florence ROSIER avec APM

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Duterte
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de krachdusperme.over-blog.com
  • Le blog de krachdusperme.over-blog.com
  • : "LE KRACH DU SPERME et autres menaces" un livre écrit par le Dr Pierre Duterte et Gerald Messadié. Ne protégez pas l'environnement, PROTEGEZ VOUS!
  • Contact

Texte Libre

Recherche